Amélioration de la sélectivité des chalutiers de pêcherie multi-spécifique Manche Est – Mer du Nord

Problématique : Sélectivité 
Etat : Terminé
Période :  2008-2009
Financeurs :

l’Europe et l’Etat français

L'europeS'engageEnFrance_ Comite des pêches Nord Pas-de-Calais Picardie
République française _ Comite des pêches Nord Pas-de-Calais Picardie

PROJET

Les artisans pêcheurs français travaillant en Manche – Mer du Nord s’investissent depuis plus de dix ans à améliorer la séléctivité de leur chalut. Ainsi, en partenariat avec l’Ifremer, des études ont été engagées : le programme SAUPLIMOR pour la réduction des captures de cabillauds et de plies hors-tailles, une étude s’intéressant à l’évaluation de l’impact de la fenêtre à mailles carrées en 80mm rendue obligatoire par la réglementation communautaire en 2001 et dernièrement le programme SELECMER.

 

MÉTHODE

Ce programme, commencé en Mars 2008, vise à améliorer la sélectivité des chaluts afin de réduire les captures de merlan sous la taille réglementaire (27cm). Deux pistes de travail ont été suivies :

– des fenêtres à mailles carrées aux caractéristiques différentes (maillage, position…),

– des essais de grilles sélectives.

L’ensemble des essais de sélectivité à bord des navires de pêche professionnels ont représenté 9 campagnes, 36 jours de mer et 140 traits de chaluts valides. Ces campagnes en mer ont été complétées par des essais en bassin, des observations in situ à l’aide de vidéos sous-marines ainsi que de nombreux échanges avec les professionnels afin d’ajuster les dispositifs sélectifs.

L’objectif étant d’améliorer le taux d’échappement des merlans hors-tailles tout en minimisant les pertes commerciales immédiates en merlan mais aussi sur les autres espèces.

RÉSULTATS

Si l’utilisation d’une fenêtre à mailles carrées en 120mm a permis de diminuer les rejets de merlan de taille inférieure à 27cm de 13% à 40% (en abondance), elle a permis également de réduire les rejets d’autres espèces telles que le chinchard et le maquereau. Néanmoins, elle a engendré des pertes commerciales non négligeables de plus de 20%  (en biomasse) sur des espèces stratégiques telles que le merlan, le maquereau et le rouget barbet.

Suite à cette première série d’essais, les caractéristiques de la fenêtre à mailles carrées ont été modifiées dans le but d’améliorer le dispositif, cependant les essais n’ont pas été concluants.

L’utilisation d’une grille sélective a permis un échappement supplémentaire des merlans mesurant moins de 22cm de 16% à 30% (en abondance) par rapport au chalut de référence. En outre, aucun problème de sécurité ou de perte de temps lié à l’emploi de la grille n’a été soulevé. L’utilisation du polyuréthane pour la grille s’est révélée également intéressante. Cependant, aucune conclusion n’a pu être apportée quant à l’impact de ce dispositif sur l’échappement d’espèces d’intérêt telles que le rouget barbet.

Ces résultats sont donc globalement positifs du point de vue de la réduction des rejets de merlans sous-taille, mais les dispositifs mériteraient d’être améliorés afin d’atteindre un taux d’échappement supérieur. D’autre part, il est primordial d’évaluer les coûts (pertes commerciales, achat et entretien…) qu’engendraient l’utilisation de tels dispositifs afin de conclure quant à la faisabilité économique, ou non, de leur mise en application.
Une des priorités pour les professionnels est de poursuivre ces essais afin d’améliorer la sélectivité de leur engin. A ce jour, une réflexion est engagée pour développer des dispositifs basés sur des associations de grilles et de fenêtres à mailles carrées qui auront un double intérêt : laisser s’échapper les cabillauds, notamment les plus gros individus (cas d’application du règlement TAC’s et quotas 2009) et de favoriser l’échappement des merlans juvéniles.