Le contexte

Pour répondre aux engagements européens et nationaux en matière d’énergie renouvelable, les différents Etats membres ont pris ces dernières années plusieurs mesures pour accélérer le déploiement des énergies marines renouvelables (EMR) : appels d’offres pour le développement commercial de l’éolien en mer, appels à projets pour la mise en place de démonstrateurs et de fermes pilotes pour les autres technologies d’EMR (éoliennes flottantes, hydroliennes, houlomoteur, énergie thermique des mers…).

A ce jour, les projets d’EMR sur les zones de pêche des navires de la région sont très nombreux, tant en France que dans les eaux d’autres Etats membres. Les zones de développement des installations, ainsi que celles de passage des câbles de raccordement au réseau, coïncident inévitablement avec les zones d’activité traditionnelle des pêcheurs professionnels. Ces développements sont susceptibles d’avoir des conséquences à la fois en termes de dégradation et de modification des habitats marins et en termes de conflits d’usages pour les professionnels (perte de zones de pêche).

Bien que leurs activités s’en trouvent impactées, les professionnels de la pêche sont néanmoins conscients des enjeux de développement des énergies alternatives et du potentiel disponible en mer. Ils ne veulent pas être écartés de ces développements et préfèrent être acteurs plutôt que de subir. Afin d’optimiser les synergies entre les projets et les intérêts des pêcheurs, ces derniers ne peuvent se faire sans les pêcheurs professionnels, utilisateurs historiques du milieu maritime.

Cette coopération se traduit concrètement par la participation du CRPMEM à la définition des zones destinées à l’implantation de projets industriels ou pilotes, la recherche de modalités de développement compatibles avec les activités de pêche, la sous-traitance d’un certain nombre d’études, la mise à disposition de moyens nautiques (navires et équipages de pêche) pour accueillir des observateurs et des techniciens, etc. En outre, les pêcheurs professionnels en mer bénéficient d’une expérience du milieu marin qui peut être profitable aux développeurs.

En France

La France porte des objectifs ambitieux de développement des énergies renouvelables. La loi de transition énergétique pour la croissance verte du 17 août 2015 consacre ainsi l’objectif de développer la part des énergies renouvelables à 32 % de la consommation finale d’énergie et à 40 % de la production d’électricité en 2030. L’atteinte de ces objectifs permettra de contribuer de manière importante à la mise en œuvre de l’Accord de Paris, établi suite à la COP 21, qui s’engage à contenir l’élévation de la température moyenne de la planète en dessous de 2°C par rapport aux niveaux pré-industriels.

Le développement des énergies marines renouvelables participe de cet effort. La réalisation de 6 projets de parcs éoliens en mer a déjà été décidée au terme des appels d’offres lancés en 2011 et 2013, pour une capacité totale de 3 000 MW. L’objectif que s’est fixé le gouvernement est de développer entre 500 et 6 000 MW de plus d’ici 2023, en fonction notamment du retour d’expérience de la mise en œuvre des premiers projets et des conditions économiques de réalisation des projets.

Ainsi, deux appels d’offre concernant l’éolien en mer posé ont déjà été lancés: l’un en 2011, qui a permis l’attribution de quatre zones pour une capacité totale de près de 2000 MW, situées au large des communes de Fécamp, Courseulles-sur-Mer, Saint-Brieuc et Saint-Nazaire ; l’autre en 2013 pour l’installation de 1000 MW répartis sur deux zones au large du Tréport et des îles d’Yeu et de Noirmoutier..

Un troisième d’appel d’offre a été annoncé en avril 2016.

En Europe

En 2015, l’Europe a passé le cap des 3 000 turbines éoliennes offshore en service, pour une puissance installée totale dépassant les 10 000 mégawatts (MW).

Plus de la moitié d’entre elles sont installées au Royaume-uni, au sein de zones de pêche fréquentées par les navires de la région. Le Danemark , l’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas puis enfin la Suède se partagent les places suivantes.

logo_Dieppe_ Comité des pêches Nord Pas de Calais Picardie

PROJET DE PARC EOLIEN DIEPPE-LE TREPORT

En savoir plus…

PROJET DE PARC EOLIEN AU LARGE DE DUNKERQUE

En savoir plus…